Les Fumées de Bois

le bois était le combustible original utilisé
 

Le bois a été le premier combustible utilisé par l’Homme, que ce soit pour la cuisson ou le chauffage. Il n’est donc pas étonnant que nous connaissions bien l’odeur caractéristique et l’aspect de la fumée de bois.
Cette émanation de fumée est causée par la difficulté qu’a le bois (et les autres biocarburants solides) à brûler complètement, en particulier dans les conditions offertes dans les appareils relativement simples.
Ce problème est en partie dû au fait que le combustible bois n’est pas un produit standard – l’arbre d’origine, la taille des bûches et la teneur en humidité, ont un effet sur sa combustion.
Une des méthodes permettant de réduire cette variabilité intrinsèque est de former des granulés ou briquettes de bois avant de le brûler, ce qui améliore ses conditions de combustion.
Néanmoins, même avec les systèmes de combustion les plus sophistiqués, la combustion des biocarburants n’est jamais parfaite.
En conséquence, les gaz d’émission des poêles et chaudières à biocarburants solides contiennent certaines substances pouvant être classées comme polluantes.
Ces dernières comprennent des gaz, des liquides et même des solides, comme les particules fines en suspension dans les gaz.
Certains de ces gaz sont responsables de l’odeur caractéristique du bois qui brûle, qui n’est pas toujours bien accueilli, en particulier en zone urbaine.
Les polluants liquides sont constitués de goudron et de créosotes (phénols) qui peuvent se condenser sur les murs internes de la cheminée, où leur accumulation progressive peut constituer un risque d’incendie.
Enfin, les particules solides sont susceptibles d’être transportées sous la poussée du gaz chaud, puis finissent par retomber sous forme de poussière.
Ce problème peut s’aggraver si un ventilateur d’extraction est utilisé pour améliorer le processus de combustion.